LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE SALUE L’ACCORD POLITIQUE FACILITE PAR LA CENCO ET SOUHAITE UNE MISE EN APPLICATION IMMEDIATE – Mises à jour en continu -TOUTES LES REACTIONS

RDC : La Présidente de la commission de l’UA se félicite de la signature d el’accord du 31/12/16

La Présidente de la Commission de l’Union africaine s’est félicitée de la signature de l’accord du 31 décembre par les acteurs politiques congolais. Pour Nkosazana Dlamini-Zuma, cet accord…

La Présidente de la Commission de l’Union africaine s’est félicitée de la signature de l’accord du 31 décembre par les acteurs politiques congolais. Pour Nkosazana Dlamini-Zuma, cet accord représente un pas important vers une solution négociée de la grave crise politique que connaît la RDC.

Elle a salué le sens de responsabilité de toutes les parties prenantes à ces discussions et a félicité la CENCO pour ses efforts. La présidente de la commission de l’Union Africaine a invité par ailleurs les différentes parties signataires de l’accord à militer pour la mise en application de l’accord « en temps voulu » pour éviter tout retard supplémentaire dans la tenue des élections et pour préserver la stabilité en RDC.

Nkosazana Dlamini-Zuma a appelé le prochain gouvernement d’unité nationale à assurer un processus électoral crédible, inclusif, transparent, pacifique et opportune, conformément à la Constitution de la RDC, notamment en apportant un soutien à la CENI.

Franck Ngonga


Les Etats-Unis Saluent l’Accord Conclu en RDC

Déclaration de John Kirby, porte-parole

Le 2 janvier 2017

Le gouvernement des Etats-Unis se félicite de la signature, le 31 décembre, de l’accord de compromis politique inclusif par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les leaders de l’opposition politique. En ouvrant la voie à l’organisation d’élections paisibles et démocratiques en 2017, cet accord constitue une étape importante et historique pour la RDC et l’Afrique centrale. Nous saluons la volonté du Président Kabila et des leaders de l’opposition d’accepter des compromis à l’égard de questions clés, posant de ce fait le fondement nécessaire à la première passation de pouvoir démocratique en RDC.

Nous saluons aussi les efforts inlassables consentis par la Conférence épiscopale nationale du Congo dans le cadre de sa médiation, qui ont abouti à la conclusion de l’accord.

Nous encourageons le gouvernement de la RDC et les leaders de l’opposition à poursuivre leur coopération alors qu’ils s’attèlent à mettre cet accord en œuvre et à préserver les gains obtenus au nom du peuple congolais.


VATICAN

Eglise \ Vie de l’Eglise

RDC : L’Eglise a accompli sa mission dans l’accord politique

Les évêques de la République Démocratique du Congo – RV

02/01/2017 16:46
(RV) Les acteurs politiques congolais sont parvenus à signer un accord de compromis politique, le 31 décembre 2016, à l’issue d’un dialogue menée sous la médiation de l’Eglise Catholique. Commencé le 8 décembre 2016, les négociations directes, qui devaient durer trois jours comme initialement prévu, se sont donc prolongées jusqu’au 31 décembre 2016. Cet accord détermine des compromis pour la gestion du pays pendant la période de transition qui conduit aux élections générales, après la crise née à la suite de la fin du mandat du président Joseph Kabila et à la non-organisation des élections pour sa succession, mais aussi pour renouveler d’autres institutions du pays arrivées fin mandat.Sentiment général de satisfaction

Pour Mgr Marcel Utembi, archevêque de Kisangani et président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), c’est un sentiment de joie et de satisfaction, après plus de trois semaines des tractations.

Le travail a été fait en collégialité avec les autres évêques, a souligné Mgr Utembi, qui a présenté cet accord comme le « grand cadeau » de Noël et de Nouvel An 2017. Pour l’avenir, l’archevêque de Kisangani souhaite que « les choses aillent pour le mieux ». Il appelle les acteurs politiques et les leaders de la société civile qui ont représenté la Nation congolaise à ce forum national à tout mettre en œuvre pour que les résolutions prises soient transformées en activités, afin de juguler la crise sociopolitique que connait le pays.

Tout ne s’arrête pas avec la signature de l’Accord

Au cas où il y aurait des embuches dans la mise en application de l’accord, les évêques restent disposés à offrir leurs bons offices, a indiqué Mgr Utembi. Tout ne s’arrête pas , a-t-il précisé, avec la signature de ce compromis. La CENCO sera amenée à accompagner les acteurs politiques et les différentes parties prenantes dans la mise en œuvre des résolutions dudit accord.

Le dialogue a réuni les protagonistes politiques. Mais le peuple congolais n’était pas représenté. Comment convaincre le peuple du bien-fondé de l’accord trouvé ? Pour le président de la CENCO, « le peuple attendait cet accord avec impatience ». Des messages reçus par les évêques au cours des négociations et des communications de partout en ont témoigné. Mgr Utembi estime que le peuple est satisfait, dans un premier temps, de voir que l’accord a été finalement trouvé. Le peuple est aussi content de voir qu’on pourra éviter ce qu’on craignait à l’horizon : que la crise dégénère sous diverses formes. Mais les évêques appellent le peuple à la vigilance, afin d’aider les politiciens à respecter leurs engagements et à mettre en application les conclusions de l’accord.

Tournant dans les résolutions des différends inter-congolais

C’est pour la première fois que les congolais parviennent à se mettre d’accord entre eux, sous la médiation interne. Depuis les accords de Sun City, en Afrique du Sud, au début des années 2000, destinés à résoudre l’impasse politique causée par les différentes rebellions commencées sous le règne de Laurent-Désiré Kabila, père de l’actuel président, jusqu’au dialogue de 2016 mené sous la médiation du représentant de l’Union Africaine Edem Kodjo, les tentatives de résoudre les différends entre congolais ont toujours été menées par des médiateurs étrangers.

Mgr Utembi se réjouit donc de voir que les congolais se soient mis d’accord autour des questions de divergences majeures sous la médiation de leurs propres compatriotes. Pour le président de la CENCO, cela est une preuve évidente que les congolais sont capables de résoudre leurs problèmes à l’interne, sans nécessairement recourir aux étrangers. Ainsi l’archevêque de Kisangani invite ses compatriotes à ne pas se sous-estimer, mais à prendre conscience des potentialités et des capacités locales, et à mettre à profit la confiance qu’ils doivent avoir les uns envers les autres surtout pour chercher les solutions dans l’intérêt de la nation.

Message de paix

Si l’accord n’était pas signé, la République démocratique du Congo courait le risque d’un chaos qui aurait eu des conséquences dans la sous-région. Or la paix est un élément essentiel pour relancer le développement de ce pays affecté par la crise dans plusieurs secteurs. A l’occasion de la Journée Mondiale de la Paix célébrée dans l’Eglise le 1er janvier de chaque année, Mgr Utembi a appelé ses compatriotes à promouvoir la paix et à l’entretenir. C’est seulement dans la paix que l’on peut promouvoir le bien-être de l’homme et le développement du pays. Ainsi, les « gouvernants d’aujourd’hui et de demain, ainsi que le peuple congolais sont invités à conjuguer leurs efforts pour promouvoir la paix comme socle des valeurs démocratiques et de développement pour la République Démocratique du Congo », a indiqué le président de la CENCO au micro de Jean-Pierre Bodjoko :


(SK) http://fr.radiovaticana.va/news/2017/01/02/rdc__l%e2%80%99eglise_a_accompli_sa_mission_dans_l%e2%80%99accord_politique/1283197


Le gouvernement belge se réjouit de l’annonce d’un compromis en RDC

© ANGELA PADOVAN – BELGA

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders se réjouit de l’annonce du compromis conclu samedi entre les différentes parties congolaises et tient à « féliciter » la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), qui a facilité le dialogue. « Ce texte constitue un pas important et positif vers une courte transition inclusive« , estime le vice-Premier ministre.

L’accord conclu sous la médiation des évêques autorise Joseph Kabila à demeurer à la tête du pays jusqu’à « fin 2017« , en contrepartie de la création d’un Conseil national de transition (CNT) présidé par l’opposant historique Étienne Tshisekedi et la nomination d’un Premier ministre issu de sa coalition « le Rassemblement« .

La transition « devrait nécessairement permettre l’organisation en 2017 d’élections libres, la réouverture de l’espace démocratique et la gestion consensuelle de la transition dans le respect de la Constitution« , selon Didier Reynders. « Ces mesures essentielles constituent les clés de la sortie de crise« , dans laquelle est plongé le pays depuis la non-organisation des élections présidentielles de 2016.

Conditions de gouvernance

La Belgique appelle désormais les négociateurs à poursuivre leur travail en ce sens et les institutions congolaises à clarifier et intensifier dans les semaines à venir les opérations qui mèneront à ces élections avant la fin de l’année et à augmenter la transparence budgétaire des élections pour créer les conditions de gouvernance « faisant défaut aujourd’hui » et qui permettront un soutien externe.

« La Belgique sera attentive à la mise en œuvre de ce texte, ainsi qu’aux mesures qui seront prises en vue d’un rétablissement de l’espace démocratique et des droits et libertés afin que toutes les opinions trouvent à s’exprimer dans le pays et que les élections puissent constituer le reflet authentique des aspirations du peuple congolais« , conclut le communiqué.

http://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-gouvernement-belge-se-rejouit-de-l-annonce-d-un-compromis-en-rdc?id=9492776


RDC: L’ONU souligne la nécessité de la mise en oeuvre “scrupuleuse” de l’Accord politique

Les Nations Unies se félicitent de la signature de l’accord politique le 31 décembre 2016 entre le Rassemblement de l’opposition et la Majorité au p

Les Nations Unies se félicitent de la signature de l’accord politique le 31 décembre 2016 entre le Rassemblement de l’opposition et la Majorité au pouvoir.  Dans un communiqué de presse publié ce 01 janvier 2016, l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU dans la région des Grands-lacs a félicité la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et toutes les parties prenantes aux discussions pour les efforts consentis.

Said Djinnit a aussi exhorté les acteurs politiques congolais à militer pour la mise en œuvre intégrale dudit accord pour aboutir à des élections crédibles et transparentes.

“Il s’agit là d’une étape importante dans la promotion de la réconciliation et de la démocratie dans le pays, ce qui est conforme aux engagements nationaux pris par la RDC au titre de l’accord cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région signé en février 2013. J’espère que la mise en œuvre scrupuleuse de l’accord du 31 décembre permettre également d’avancer encore dans la mise en œuvre de l’accord cadre et favorisera ainsi une plus grande stabilité et un développement durable dans la région des Grands-lacs.”

Said Djinnit a également lancé un message à tous les dirigeants de Grands-lacs à tout mettre en œuvre pour éradiquer la violence et les guerres dans cette région.

Franck Ngonga

https://actualite.cd/2017/01/02/rdc-lonu-souligne-la-necessite-de-la-mise-en-oeuvre-scrupuleuse-de-laccord-politique/#rKwDAViHbjep4QKd.99


ACCORD RDC: UNION EUROPEENNE

Déclaration conjointe sur la conclusion d’un accord politique en RDC
Bruxelles, 01/01/2017

Statements by the HR/VP

Déclaration de la Haute représentante et vice-Présidente Federica Mogherini et du Commissaire pour la coopération internationale et le développement Neven Mimica sur la conclusion d’un accord politique en RDC
L’accord trouvé hier entre les forces politiques de la République Démocratique du Congo devrait ouvrir la voie à une transition consensuelle et pacifique. Il est le résultat de la persévérance de la Conférence épiscopale du Congo que nous avons soutenue et d’un engagement constructif des principales forces politiques du pays.

Le véritable intérêt de la nation congolaise est de consolider la démocratie dans la paix. Pendant la période de transition, les institutions de l’état tireront leur légitimité à la fois de leur inclusivité et de leur capacité de mettre en œuvre l’accord dans toutes ses composantes, de bonne foi et dans le plein respect de la Constitution et de la résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU, en vue de la tenue d’élections en 2017.

L’accord doit permettre rapidement le plein respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales: trop de victimes et d’arrestations arbitraires ont été constatées ces dernières semaines.

L’UE souhaite un dialogue politique avec l’exécutif de transition, afin de pouvoir définir son appui à ce processus national.


MICHAELLE JEAN,SECRETAIRE GENERALE DE LA FRANCOPHONIE

« ACORD POLITIQUE EN RDC ,NOUS SALUONS LE TRAVAIL RASSEMBLEUR DE LA CENCO ET CETTE ETAPE DECISIVE POUR LE RESPECT DE L’ETAT DE DROIT EN RDC »


RDC: La France invite les signataires de l’accord du 31 décembre  au respect de leur engagement

Un jour après la signature de l’accord politique entre Majorité et opposition, Jean-Marc  Ayrault, Ministre français des Affaires étrangères, a invité toutes les parties signataires au respect de…


Un jour après la signature de l’accord politique entre Majorité et opposition, Jean-Marc  Ayrault, Ministre français des Affaires étrangères, a invité toutes les parties signataires au respect de leur engagement. Dans une déclaration faite ce 01 janvier 2016, le diplomate a salué les efforts consentis par les uns et les autres pour aboutir à la signature de cet accord.

« La France appelle les signataires et les parties engagées par l’accord à respecter leur parole, à tout faire pour préserver l’esprit constructif qui a présidé aux négociations et à régler dans ce même esprit l’ensemble des points restant en suspens. En mettant de côté les intérêts partisans, les signataires ont donné la priorité à la paix et à la dignité de leur pays. Je salue cette attitude ».

D’après le ministre français des affaires étrangères, la priorité pour le Congo demeure actuellement l’organisation des élections dans les délai agréés.

Jean-Marc Ayrault a également félicité la CENCO pour sa mission des bons offices qui a abouti au compromis entre les différents acteurs politiques.

« Je rends un hommage particulier aux évêques et aux équipes de négociateurs de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) dont le travail inlassable et déterminé a permis la conclusion du compromis, » a t-il dit.

Franck Ngonga


RDC: La Belgique promet d’être attentive à la mise en œuvre de l’accord politique

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders s’est réjoui de la signature de l’accord politique ce 31 décembre 2016 au Centre interdiocésain. Dans  un communiqué publié ce…

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders s’est réjoui de la signature de l’accord politique ce 31 décembre 2016 au Centre interdiocésain.

Dans  un communiqué publié ce 01 janvier 2017, Reynders a estimé que cet accord  constitue un pas important et positif vers une courte transition inclusive.

« La transition devrait nécessairement permettre l’organisation en 2017 d’élections libres, la réouverture de l’espace démocratique et la gestion consensuelle de la transition dans le respect de la Constitution », a-t-il dit.

Selon le diplomate belge, l’organisation des élections libre, la réouverture de l’espace politique et la gestion consensuelle de la transition constituent les clés de la sortie de crise dans laquelle le pays est plongé suite à la non-organisation des élections en 2016.

La Belgique a appelé les négociateurs à poursuivre leur travail. Elle a également invité les institutions congolaises à intensifier les opérations qui mèneront à ces élections avant la fin de l’année et à augmenter la transparence budgétaire des élections pour créer les conditions de gouvernance « faisant défaut aujourd’hui » et qui permettront un soutien externe.

« La Belgique sera attentive à la mise en œuvre de ce texte, ainsi qu’aux mesures qui seront prises en vue d’un rétablissement de l’espace démocratique et des droits et libertés afin que toutes les opinions trouvent à s’exprimer dans le pays et que les élections puissent constituer le reflet authentique des aspirations du peuple congolais« , conclut le communiqué.

Franck Ngonga


 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s