Signature solennelle de l’accord prévue ce samedi à 20h. MP a renoncé au référendum, Cenco se porte garant des cas des prisonniers politiques Katumbi,Diomi et Muyambo

Signature solennelle de l’accord  prévue ce samedi à  20h. MP a  renoncé  au référendum, Cenco  se porte garant des cas des prisonniers politiques Katumbi,Diomi et Muyambo

 diomi-katumbi-muaymbo

Enfin la fumée blanche tant espérée est là !

Sauf un coup de théâtre, l’accord politique du centre interdiocésain sera bel et bien signé  de manière  solennelle ce samedi 31 décembre à 20 heures.

Il sera global  et inclusif  car même  le MLC  et ses alliés, qui avaient claqué la porte hier, l’ont finalement approuvé.

Mais qu’est-ce qu’il fut dur, voire éprouvant, à concrétiser  cet accord  politique  qui  éloigne de la RDC d’un risque réel  de guerre  civile à  cause de la non-tenue  de la présidentielle  dans le délai constitutionnel.

Alors qu’hier tout le monde  était optimiste et avait  salué  la percée réalisée après  que la  Majorité présidentielle et le Rassemblement  se soient mis d’accord  sur les grandes lignes du compromis politique, ce matin contre  toute attente, les protagonistes  ont créé  de nouveaux  blocages pour certains et pour d’autres, ont exigé des éclaircissements sur les dossiers relatifs à  la décrispation. Pour la signature  solennelle  prévue à  9 heures, les choses  commençaient  à  tourner en longueur.

On a allé  de report en report. En effet, le cas de Katumbi  n’était  toujours pas résolu. Pour la majorité présidentielle, il fallait  apporter une réponse technique  via la commission ad hoc des haut magistrats. Pas question de recourir à  cette solution pour le Rassemblement  qui souhaitait une solution politique  aux poursuites  et à  la condamnation de Katumbi, Diomi et Muyambo.  Avec la jurisprudence  de leur côté, le cas Gédéon  Kyungu, le Rassemblement  était dans son bon droit. Le cas Diomi  mêmement. La jurisprudence du Comité des Droit de l’ Homme des Nations Unies, qui a condamné la RDC sur son cas, doit être mise en exécution.
Comme si cela ne suffisait  pas la Majorité présidentielle  est venue avec son idée  loufoque  de référendum en s’appuyant, toute honte bue,  sur l’article 5 de la constitution. C’est ce qui a sans doute poussé le stoïque président  de la Cenco monseigneur  Marcel Utembi  à  dire « qu’il est à bout de patience ». Finalement  plus de peur que mal, la majorité  présidentielle  à  renoncer à  son idée  farfelue de référendum.
Pour les cas de Diomi, Muyambo et Katumbi, un autre obstacle majeur sur la conclusion de l’accord, qui a  poussé  notamment  2 composantes  du Rassop, G7 et AR, à dire qu’il ne signerait  aucun Accord  si des solutions  claires ne sont  pas apportées au cas emblématiques  de prisonniers politiques.

Finalement, les évêques  se sont portés garant  du cas Katumbi, Muyambo et Diomi  Ndongala  notamment. Ils vont y veiller personnellement. Sur cette question, ils vont travailler avec le président  de la République Joseph Kabila.

C’est alors que l’espoir de la fumée  blanche est réapparu vers 17 heures.

Auparavant, les évêques étaient allés raisonner  le MLC  pour qu’il revienne  à  la table des négociations. Leur démarche fut couronnée de succès car le parti Bembiste s’est ravisé en annonçant qu’il  apposera sa signature sur le document.

La journée  fut très éprouvante pour la conférence  épiscopale nationale  du Congo. Elle a été au four et au moulin  pour pousser la classe  politique  à  un compromis  politique.
Elle y est parvenue heureusement. La nation doit lui être reconnaissante.

En résumé  l’accord  qui sera signé  par les signataires  et non-signataires de l’accord  du 18 octobre de la cité de l’UA se présente comme  suite :
1. Le président Kabila  reste en fonction jusqu’aux élections
2. Les élections  présidentielles  et législatives  prévues  e décembre 2016
3. La primature  revient  au Rassemblement qui va désigner une personnalité en son sein pour nomination  par le président Kabila
4. La Ceni  sera redynamisée. Certains de ses animateurs seront changés
5. Création  du conseil de suivi  de l’accord, institution d’appui  à  la démocratie, qui sera présidée  par le Rassemblement
6. Les cas Katumbi, Diomi  et Muyambo, seront gérés  par la Cenco  avec le président  Kabila.

Les autres prisonniers politiques  seront libérés sous peu

7SUR7.CD AVEC RASSOP
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s