« L’horloge tourne pour la République démocratique du Congo et le monde regarde » Amb. UK Matthew Rycroft à L’ONU

« L’horloge tourne pour la République démocratique du Congo et le monde regarde. »

l-ambassadeur-britannique-nations-unies-matthew-rycroft-declarationd-reunion-conseil-securite-situation-syrie-25-septembre-2016-new-york_2_1400_933

Déclaration de l’Ambassadeur Matthew Rycroft, Représentant permanent du Royaume-Uni auprès de l’Organisation des Nations Unies, lors de la séance d’information du Conseil de sécurité de l’ONU sur la République démocratique du Congo

Il ne reste que deux semaines avant la fin du second mandat du Président Kabila. Deux semaines pour prévenir encore plus de violence, encore plus de décès, encore plus de conflits, dans un pays qui a déjà trop souffert.

Donc, ici, dans cette séance ouverte, nous avons l’occasion d’adresser un message sans équivoque au Président Kabila: Faites le bon choix. Respectez la constitution, respecter le peuple de la RDC, respectez votre limite de deux mandats. Engagez-vous à ne pas vous représenter. A tenir des élections dès que possible.

En vérité, il n’y a pas d’autre option. Nous savons tous ce qui vient ensuite s’il prend la mauvaise décision. Nous l’avons vu dans les rues ensanglantées de Kinshasa en septembre. Nous ne pouvons pas permettre une répétition de cette barbarie dans quinze jours.

Nous savons donc ce qui doit arriver. La constitution est claire: le mandat du président Kabila prend fin le 19 décembre. La limitation aux deux mandats ne peut pas être changée, et certainement pas seulement pour convenir à l’agenda politique d’un homme.

Le gouvernement doit donc parvenir à un accord politique consensuel, qui soit conforme à la Constitution, avant cette date. Le Président Kabila a entendu ce message fort et clairement durant la visite du Conseil  le mois dernier. C’est un message que le ministre britannique du Développement international, James Wharton, a répété il ya seulement deux semaines.

Il est maintenant temps pour Kabila, et son gouvernement, d’entreprendre des mesures de confiance pour que les efforts de médiation aient des chances de succès. Cela signifie qu’il faut abandonner les fausses accusations contre les membres de l’opposition, libérer les prisonniers politiques et lever l’interdiction des médias. Et cela signifie que toutes les parties rejettent la violence et s’engagent dans un dialogue pacifique.

Dans le cadre de ces efforts, nous soutenons pleinement le CENCO et ses discussions médiatisées entre le gouvernement et les groupes d’opposition.Nous exhortons toutes les parties à continuer à engager un dialogue pour parvenir à un compromis pacifique avant le 19 décembre.

Mais ce n’est que la moitié du message que nous devons envoyer aujourd’hui. Si le président Kabila ne tient pas compte de ce Conseil, il faut être clair qu’il y aura des conséquences. Il ne sera pas dans les affaires comme d’habitude si rien n’a changé dans deux semaines.

Le gouvernement doit respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales indispensables au débat politique et à des élections crédibles – liberté d’expression, d’assemblée, accès aux médias et responsabilité pour les violations des droits de l’homme. Le non respect de ces normes fondamentales accroît les tensions et augmente le risque de violence.

En octobre, l’Union européenne a menacé d’imposer des sanctions aux membres des forces de sécurité de la RDC responsables de la répression de ces libertés fondamentales et de l’abus des droits de l’homme. Le Conseil doit être prêt à réagir de la même manière si la situation se détériore.

En parallèle, nous devons également nous préparer à aider si le pire se produit. La MONUSCO doit mettre en place une planification d’urgence pour réagir efficacement si nécessaire. La plus grande mission de maintien de la paix dans le monde avec un mandat clair pour protéger les civils de façon robuste ne peut pas rester en place si les civils sont menacés.

Monsieur le Président, comme je l’ai dit au début, le monde regarde. Mais il nous regarde dans ce Conseil tout autant qu’il regarde le président Kabila.

Nous avons vu d’innombrables fois comment il est difficile d’apporter la paix et la stabilité à un pays ou une région après que le conflit ait commencé. Nous discutons ici d’une situation où la violence n’a pas encore éclaté. Nous avons l’occasion d’arrêter un conflit avant qu’il ne commence.

Nous devons donc au peuple de la RDC et à la crédibilité du Conseil de sécurité en matière de prévention des conflits, de veiller à ce que le Président Kabila écoute.

Je vous remercie.

 **********************************

« The clock is ticking for the Democratic Republic of Congo and the world is watching. »

Statement by Ambassador Matthew Rycroft, UK Permanent Representative to the United Nations, at the UN Security Council briefing on the Democratic Republic of Congo

The clock is ticking for the Democratic Republic of Congo and the world is watching. Just two weeks remain until President Kabila’s second term comes to an end. Two weeks to prevent even more violence, even more deaths, even more conflict, in a country that has already suffered too much.

So here, in this open session, we have an opportunity to send an unequivocal message to President Kabila: Make the right choice. Respect the constitution, respect the people of the DRC, respect your two term limit. Commit not to stand. Hold elections as soon as possible.

In truth, there is no other option. We all know what comes next if he makes the wrong decision. We saw it in the bloodied streets of Kinshasa in September. We cannot allow a repeat of such barbarity in a fortnight’s time.

So we know what needs to happen. The constitution is clear – President Kabila’s term ends on the 19th of December. The two term limit cannot be changed, and certainly not just to suit one man’s political agenda.

So the government must reach a consensual political agreement, one that is in line with the constitution, before that date. President Kabila heard this message loudly and clearly when the Council visited last month. It’s a message that the UK’s Minister for International Development, James Wharton repeated only two weeks ago.

 

It’s now time for Kabila, and his government, to undertake confidence building measures so that mediation efforts have a chance of success. This means dropping the spurious charges against opposition members, releasing political prisoners, and lifting the media ban. And it means all sides rejecting violence and committing to peaceful dialogue.

 

In these efforts, we support fully CENCO and their mediated discussions between the government and opposition groups. We urge all parties to continue to engage in dialogue to reach a peaceful compromise before the 19th of December.

 

But that’s only half of the message that we need to send today. If President Kabila ignores this Council, we must be clear that there will be consequences. It cannot be business as usual if nothing has changed in two weeks time.

 

The government must respect human rights and fundamental freedoms essential to political debate and credible elections – freedom of speech, of assembly, access to the media, and accountability for human rights abuses. Not respecting these fundamental norms increases tensions and increases the risk of violence.

In October the European Union threatened to impose sanctions on members of the DRC security forces responsible for the suppression of these fundamental freedoms and the abuse of human rights. This Council needs to be prepared to respond in similar fashion if the situation deteriorates.

In parallel, we also need to be preparing to help should the worst occur. MONUSCO needs to have contingency planning in place to respond effectively if needed. The biggest peacekeeping mission in the world with a clear mandate to protect civilians robustly cannot stand by if civilians are threatened.

Mr President, as I said at the start, the world is watching. But it’s watching us in this Council just as much as it’s watching President Kabila.

We have seen countless times how difficult it is to bring peace and stability to a country or region after conflict has begun. We are discussing here a situation where the violence has not yet erupted. We have an opportunity to stop a conflict before it begins.

So we owe it to the people of the DRC, and to the credibility of the Security Council on conflict prevention, to make sure that President Kabila listens.

Thank you.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s